ArticleFinancier

Faut-il être riche pour ouvrir une micro-crèche ? Partie 2

By 07/08/2014 mai 9th, 2016 No Comments

… Suite de la partie 1

Dans cet article, nous continuons le tour des aides financières possibles pour vous aider à créer votre société, ainsi que les organismes qui peuvent vous accompagner.

Les Aides pour votre Entreprise

PRET BANCAIRE PROFESSIONNEL
On reprend les mêmes modalités d’emprunt que pour l’emprunt personnel, mais ce prêt va vous permettre de démarrer votre entreprise, de prévoir les investissements, les 1ers mois d’activité où on a encore peu de recettes mais les salaires et le loyer à sortir quand même. Soyez sûr d’avoir inclus dans votre demande de prêt les investissements matériels, immatériels, un trimestre de loyer, le remboursement de vos avances de frais (comme vos déplacements, les 1ers achats, et bien sûr les formations My Micro-Crèche :-), etc.).
Calculez un échéancier pas trop loin de la réalité pour voir si vos recettes prévues absorbent bien le remboursement des mensualités. Vous devez créer un vrai partenariat gagnant-gagnant avec votre banquier, c’est avant tout une relation de confiance, une relation humaine. S’il croit en votre projet, si vous le rassurez sur votre capacité à gérer un tel projet, il sera plus enclin à vous accompagner et pousser sa Direction pour faire accepter votre demande de prêt ou vos renégociations futures.
Testez plusieurs banques pour trouver celle qui vous conviendra le mieux, le conseiller en qui vous avez le plus confiance, qui vous fera la meilleure offre.
Avec votre banquier, ce n’est pas qu’une question d’argent,
mais avant tout une relation de confiance entre deux personnes qui croient l’une en l’autre.
PRET A LA CREATION D’ENTREPRISE
Il s’agit d’un prêt d’Etat, qui s’obtient sous conditions, conjointement à un prêt bancaire. Au même taux que celui-ci, son montant est compris entre 2 000 et 7 000 euros et dure 5 ans. Il présente des avantages, comme l’absence de caution ou de garantie. Plus de renseignements sur le site de l’APCE.
AIDES POUR LA GARANTIE BANCAIRE
Tout prêt bancaire est assujetti à une demande de garantie. Vous devez vous engager, vous porter caution en cas de déficit de paiement des mensualités. Souvent, on met en place une caution personnelle au nom du dirigeant qui s’engage à régler personnellement les mensualités en cas de difficultés de l’entreprise. Ca peut aller jusqu’à prendre la forme d’une hypothèque  par exemple.
Il existe des organismes qui prennent en charge une partie de la garantie pour vous éviter de la porter seul. Bien entendu, la partie garantie concerne la somme prêtée par la banque et non celle que vous investissez, vous, dans l’entreprise. Les plateformes de prêt d’honneur peuvent avoir un rôle de garantie, mais l’entreprise privée Oséo ou le Fond de Garantie à l’Initiative des Femmes (FGIF) par exemple travaille avec les banques pour apporter des garanties sur les prêts professionnels lors de créations d’entreprise. Parlez-en avec votre banquier.
CAISSES D’ALLOCATIONS FAMILIALES
La CAF dispose également d’un dispositif d’aide à l’investissement et les travaux d’aménagement pour les créations d’établissement de jeunes enfants. Le dossier est à déposer préalablement à tous achats ou travaux. Plus d’infos sur le site de votre CAF (exemple  de la CAF des Yvelines)  ou auprès de votre conseiller.
Remarque : cette subvention à l’investissement est totalement dissociée de l’aide au fonctionnement PSU (Prestation Service Unique) et tout établissement est éligible à déposer cette demande d’aide.
SUBVENTIONS D’ETAT
Pensez enfin aux subventions de votre région, de l’Etat, ou autre, pour votre création d’entreprise. Vous êtes dans une démarche solidaire et sociale, créatrice d’emplois, il existe beaucoup d’aides possibles. Soyez toujours vigilants sur les conditions et les contreparties qu’on peut vous demander, faites vous conseiller par des professionnels (CCI ou Boutique de Gestion par exemple).


Un dossier solide, ça se prépare !

Ouvrir une micro-crèche, c’est beaucoup de dossiers préparés, de paperasses dupliquées encore et encore, mais ça peut valoir le coup pour soutenir votre création d’entreprise. Vous peaufinez votre approche, votre pitch de vente, vos connaissances, votre projet tout simplement.
Il est essentiel, face à tous ces interlocuteurs, de savoir de quoi vous parler, on ne vous demande pas d’être aussi expert qu’eux, chacun son métier, mais vous devez connaître leur vocabulaire, savoir de quoi vous parler. Soyez crédible : vous devez être capable d’expliquer tous vos chiffres, comment vous avez fait vos calculs : montrez que vous travaillez fort pour monter votre entreprise, que vous y croyez !
Les dossiers que vous présentez doivent être complets, clairs, précis et soignés, quitte à avoir une synthèse au début, puis le détail dans les pages suivantes. Donnez envie. Votre interlocuteur doit saisir qui vous êtes et ce que vous voulez dans les 1ères secondes d’entretien ou de lecture. Si vous passez les 1ers moments avec succès, il ira jusqu’au bout de la lecture de votre dossier. Laissez toujours un document à votre interlocuteur : dossier, document, au pire carte de visite.
Allez toujours en entretien avec des questions précises en tête, et ne partez qu’avec des réponses ou un rendez-vous pour les obtenir. Sinon vous perdez votre temps et le faites perdre à votre interlocuteur.
Le vocabulaire minimum à maîtriser en finances : Besoin en fond de roulement, Plan de financement, Plan de Trésorerie, Prévisionnel, Compte de résultat.
Et vous, avez-vous d’autres conseils pour les créateurs de micro-crèches ?

Les liens externes de cet article ont été testés le 8 juillet 2014.

Leave a Reply